Réponse de trois populations métallicoles de Microchloa altera (Rendle) Stapf. à des doses croissantes de sulfate cuivre dans le sol

SOL
Anthropisation et dynamique spatiotemporelle de l’occupation du sol dans la région de Lubumbashi entre 1956 et 2009
12 mai 2015
Evaluation des nouvelles variétés de maïs (Zea mays L.) en provenance de la firme Pannar dans les conditions climatiques de la région de Lubumbashi (RD Congo)
12 mai 2015

Réponse de trois populations métallicoles de Microchloa altera (Rendle) Stapf. à des doses croissantes de sulfate cuivre dans le sol

1

La réponse de trois populations cupricoles de Microchloa altera à des doses croissantes de Cu dans le sol a été testée en pots pendant 10 mois. Des épillets matures ont été récolté dans trois populations ‘naturelles’ de Lubumbashi (Katanga, RD Congo) différents par leurs propriétés édaphiques : à Gécamines/Penga Penga (GCM/PP), à proximité de la fonderie de la Gécamines (« Usine ») et à la mine de l’Etoile (« Etoile »). Ils ont été semés dans des sols contaminés en sulfate de Cu suivant doses de Cu de 0, 500, 1000, 2000 et 4000 μg g-1 . Le taux de levée, le nombre de survie, la croissance (longueur et nombre de feuilles), la phénologie ainsi que la reproduction ont été mesurés (observés) pour évaluer la performance de M. altera. Les résultats montrent une tolérance élevée de l’espèce au Cu parce qu’elle a été capable de réaliser entièrement son cycle de vie à des doses de 2000 μg g-1 sans présenter des symptômes visibles d’intoxication ou une baisse notable des performances comparativement au témoin. Néanmoins, la dose de 4000 μg g-1 n’a pas permis la levée. Par ailleurs, il s’est dégagé un effet stimulant du Cu sur les performances de la plante. Celui-ci pourrait représenter un coût de la tolérance mais n’explique pas complètement l’absence de l’espèce sur sol normal. Toutefois, toutes les composantes de la valeur sélective n’ont pas répondu de la même manière à l’addition du Cu. Le taux de levée, la survie, la croissance et le nombre de plantes fleuries sont améliorés en présence de Cu comparativement au témoin. Aucune tendance claire ne se dégage pour les paramètres de reproduction mesurés. Par contre, les données semblent indiquer une variation interpopulationnelle de la réponse au Cu (la réponse étant meilleure pour GCM/PP) indiquant probablement une adaptation aux conditions locales. Une étude intégrant un plus grand nombre de populations est nécessaire pour tirer des meilleures conclusions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *